Vous êtes ici :
Communiqué de presse Mines

Secteur minier – Le ministre Jonatan Julien dévoile la planification 2019-2020 de la restauration des sites miniers abandonnés au Québec

Val-D’Or, le 27 juin 2019 – En 2019-2020, le Gouvernement du Québec accélère les travaux d’acquisition de connaissances des sites miniers abandonnés sous la responsabilité de l’État afin de mieux connaître l’état des sites et prioriser les sites à restaurer.

C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable de la Côte-Nord, M. Jonatan Julien, lors de son passage en Abitibi-Témiscamingue pour dévoiler la planification annuelle de la restauration des sites miniers abandonnés au Québec.

Dans sa planification 2019-2020, le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) a pris en compte les recommandations du Vérificateur général du Québec, émises en 2018, à la suite de son audit de performance portant sur la gestion des terrains contaminés sous la responsabilité de l’État.

À cet effet, un nouveau comité directeur gouvernemental a été mis en place pour revoir les cibles à atteindre et établir des indicateurs plus réalistes et plus représentatifs des travaux à réaliser, en tenant compte, entre autres, des ressources disponibles. De plus, afin d’accélérer l’acquisition de connaissances sur les impacts environnementaux des terrains contaminés et mieux cibler les sites à restaurer en priorité, le MERN, pour une première fois, s’engage à compléter la caractérisation de tous les sites miniers à restaurer d’ici trois ans. Pour ce faire, il prévoit procéder par appels d’offres en lots auprès d’entreprises qualifiées, tout en s’assurant qu’elles répondent aux exigences gouvernementales. Dans un souci de transparence, un bilan des activités réalisées sera publié annuellement.

Le 31 mars 2019, le Québec compte 223 sites d’exploration minière abandonnés qui requièrent principalement des travaux de nettoyage et 221 sont des sites d’exploitation minière abandonnés. Pour ces derniers, 139 sont déjà restaurés, et le Ministère en assure l’entretien et le suivi : 37 sites sont en caractérisation, 25 sont à sécuriser et 20 sites sont à restaurer.

Citation

Bien que la restauration des sites miniers abandonnés engendre des défis de taille, pour notre gouvernement, il s’agit d’une priorité ! Cette planification, plus réaliste, établit une démarche concrète à suivre pour éviter la contamination du milieu et remettre les sites miniers abandonnés dans un état satisfaisant. La population québécoise se soucie de son environnement, c’est pourquoi il fallait agir. Cela démontre une réelle volonté de notre gouvernement de diminuer l’empreinte environnementale des sites miniers abandonnés sur notre territoire, tout en rappelant que l’industrie minière d’aujourd’hui est soumise aux exigences les plus strictes en matière de développement durable et de responsabilité sociale.

M. Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable de la région de la Côte-Nord

Faits saillants

  • Au 31 mars 2018, une somme de 1,2 G$ a été inscrite aux comptes publics, à titre de passif environnemental pour le secteur minier, dont 761,4 M$ pour la restauration des sites miniers sur lesquels l’État agira, et 457,2 M$ pour des sites sur lesquels l’État pourrait devoir agir.
  • Depuis 2006, le Gouvernement du Québec a investi 165 M$ dans la restauration afin de diminuer le passif environnemental minier.

Liens connexes

 

 

 

 

 

Partager

X