Retour à la programmation
Mines

Mercredi, 24 novembre – avant-midi

SIDEX fête ses 20 ans! et Les travaux d’acquisition de connaissances géoscientifiques au MERN

Siham Benahmed

MERN

Lors de cette séance, les géologues du MERN dévoileront en primeur les résultats préliminaires des travaux d’acquisition de connaissances géoscientifiques réalisés à l’été 2021. Parallèlement, les données analytiques et les zones favorables à l’exploration minière découlant de ces travaux seront diffusées à la clientèle par l’entremise du SIGÉOM. Les Bulletins géologiques préliminaires des levés géologiques du roc de l’Ungava (Amarurtuuq et Lac Spartan), de la Baie-James (Lac Conviac et Lac Le Vilin), de l’Abitibi (Lac La Trêve) et du Grenville (Île-du-Grand-Calumet et Dolbeau-Blondelas) seront publiés. Les nouvelles données géochimiques de sédiments de fond de lac du secteur de Mistassini-Ouest seront également expliquées. La deuxième partie de la séance sera consacrée à la présentation des résultats finaux du Bulletin géologique de la région de Girardville dans la Province de Grenville, ainsi que des levés géophysiques publiés en 2020-2021.

9 h 30

SIDEX, un fonds institutionnel qui appuie l’exploration minière au Québec, fête ses 20 ans!

Conférencier

Paul Carmel

SIDEX

Détails de la conférence

SIDEX, créée en 2001 par le Fonds de solidarité FTQ et le gouvernement du Québec, fête cette année ses 20 ans! Ce fonds d’investissement poursuit sa mission d’appuyer l’exploration minérale partout au Québec en finançant des sociétés actives sur le territoire. Son créneau demeure l’exploration de base jusqu’à l’étape de l’estimation de ressources minérales. Ce fonds, qui a commencé ses activités avec 50 M$ en 2001, a pris de la valeur de façon importante grâce à une gestion de portefeuille active au fil de ses 20 ans d’opération. SIDEX a ainsi investi plus de 105 M$ dans le capital-actions de 150 sociétés d’exploration minière juniors permettant de réaliser des travaux dans environ 285 projets d’exploration. Le fonds vaut actuellement près de 80 M$ après des remises de 26 M$ à ses deux commanditaires.

Au cours des années, SIDEX a participé aux vagues d’exploration pour le diamant, le nickel, l’uranium, les minéraux critiques et stratégiques, en plus de l’or et des métaux usuels. Sa mission comporte plusieurs volets, dont la diversification des substances recherchées et des régions explorées, ainsi que le soutien à la relève entrepreneuriale et à l’innovation. En maintenant le financement de cette étape fondamentale du cycle minier que constitue l’exploration minérale, SIDEX vise ultimement la découverte des mines de demain qui assureront la pérennité de l’industrie minière québécoise. Le fonds compte plusieurs succès dont les financements qui ont permis les découvertes des gisements Mesamax (nickel dans le Nunavik), Bracemac-McLeod (zinc-cuivre à Matagami) et, tout dernièrement, du gîte aurifère prometteur Patwon dans la région Eeyou Istchee Baie-James.

SIDEX a su assurer du financement à travers les hauts, mais surtout les bas des cycles miniers. De plus, le fonds s’est adapté au fil du temps aux besoins des sociétés en établissant des programmes ciblés.

Que nous réservent les prochains 20 ans? SIDEX compte poursuivre sa mission et s’ajuster à l’évolution de l’écosystème. Les défis et les occasions que nous entrevoyons sont de promouvoir la diversification, appuyer la relève, encourager l’exploration dans les régions frontière en favorisant l’utilisation de l’innovation et en respectant les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance.

10 h

Mot de bienvenue

Conférencier

10 h 35

Cinq ans d'une aventure numérique réussie, ça se fête!

Conférencier

Détails de la conférence

Auteurs : Mehdi A. Guemache et François Leclerc(MERN)

Cette année, nous célébrons, dans un contexte sanitaire particulier, le 5e anniversaire du virage numérique entrepris par Géologie Québec pour ses productions géoscientifiques, jusque-là diffusées essentiellement au format PDF. En effet, l’année 2016 a vu la publication des toutes premières fiches stratigraphiques et du premier bulletin géologiQUE sous la forme de pages Internet. La transition vers une diffusion au format web se poursuivant, d’autres produits numériques se sont ajoutés au fil des années : fiches structurales, tableaux de géochimie, fiches géochronologiques, bulletins quaternaires, fiches du glossaire quaternaire, portail des substances minérales et fiches « Géologie pour tous ».

10 h 45

Géologie de la région du lac Conviac, Eeyou Istchee Baie-James

Conférencier

Détails de la conférence

Auteurs : Daniel Bandyayera, William Chartier-Montreuil, Myriam Côté-Roberge et Maxym-Karl Hamel-Hébert (MERN)

Un levé réalisé au cours de l’été 2021 a mené à la production d’une nouvelle carte géologique à l’échelle 1/50 000 de la région du lac Conviac, localisée sur la rivière Eastmain, à environ 100 km au nord-est de Nemiscau. La cartographie a notamment permis de préciser la limite entre les sous-provinces d’Opinaca et de La Grande dans ce secteur. Ainsi, la Ceinture de roches vertes de la Moyenne et de la Basse-Eastmain (CRVMBE), associée à la Sous-province de La Grande, est prolongée vers l’est sur une dizaine de kilomètres. On y retrouve la Formation de Natel, composée d’amphibolite rubanée d’origine basaltique et de tuf felsique à intermédiaire, ainsi que les paragneiss à nodules et les formations de fer de la Formation d’Auclair. Une nouvelle unité transitionnelle de paragneiss stratifié peu métamorphisé, associée à la Sous-province de La Grande et nommée la Formation de Prosper, occupe l’extrême sud de la carte. Des ensembles intrusifs appartenant au Batholite de Village, aux plutons de Béryl Nord et de Béryl Sud coupent les roches volcaniques et sédimentaires de cette sous-province. Les paragneiss variablement migmatitisés du Complexe de Laguiche de la Sous-province d’Opinaca occupent le nord-est de la région. Ils sont coupés par les roches intrusives felsiques à intermédiaires de la Suite de Bezier à proximité du contact avec la Sous-province de La Grande. La région est découpée par plusieurs zones de cisaillement orientées plus ou moins est-ouest, dont le prolongement vers le NE de la Zone de cisaillement de la rivière Rupert (ZCRR). La présence de structures en dômes et bassins ainsi qu’une série de plissements isoclinaux caractérisent la tectonique de la région. Les travaux préliminaires permettent de mettre en valeur cinq secteurs favorables à l’exploration pour différents types de minéralisations : 1) aurifères associées aux formations de fer; 2) polymétalliques associées à des altérations volcanogènes; et 3) associées aux pegmatites granitiques.

10 h 55

Géologie de la région du lac Le Vilin, Eeyou Istchee Baie-James

Conférencier

Détails de la conférence

Auteurs : Daniel Bandyayera, Emmanuel Caron-Côté et Charles St-Hilaire (MERN)

Le levé géologique de la région du lac Le Vilin, effectué durant l’été 2021, couvre le secteur situé à environ 285 km au NW de Chibougamau, accessible par la Route du nord à partir de Chibougamau ou de Matagami.

La partie nord de la région cartographiée expose les roches métasédimentaires localement migmatitisées constituant un ensemble métasédimentaire transitionnel entre le La Grande et l’Opinaca, et contenant d’importantes injections de pegmatite blanche à muscovite ± grenat. Au NW, cet ensemble repose sur les gneiss tonalitiques du Complexe de Champion.

Au centre, la zone de contact entre le La Grande et l’Opatica est délimitée au nord et au sud par les zones de cisaillement de la Rivière Rupert et de Poste Albanel, respectivement. Elle est caractérisée par la présence d’unités kilométriques de basaltes amphibolitisés, de formations de fer, de quartzites, de métasédiments, ainsi que de laves et d’intrusions mafiques et ultramafiques. Ces unités sont d’épaisseur kilométrique, et forment une bande qui s’étend d’est en ouest sur plus de 30 km. Cet ensemble est interprété comme étant l’extension vers l’est de la Ceinture du lac des Montagnes.

La partie sud est constituée d’un ensemble de gneiss tonalitiques, de tonalite, de granodiorite, de granodiorite porphyrique et de granite, assigné au Complexe de Théodat. Le centre et le sud du feuillet 32O10 sont occupés en grande partie par des intrusions intermédiaires (monzonite, monzonite quartzifère, monzodiorite et monzodiorite quartzifère), montrant des enclaves de gneiss tonalitique.

L’ensemble des roches archéennes de la région est recoupé par différentes familles de dykes de diabase orientés NW-SE et NE-SW.

Dans la moitié nord de la région cartographiée, assignée au La Grande, les roches archéennes présentent une déformation diffuse et relativement homogène, caractérisée par la présence d’une foliation pénétrative, orientée E-O à NE-SW, généralement à fort pendage. Dans l’Opatica, les unités proches du contact avec le La Grande sont caractérisées par de faibles pendages, suggérant un chevauchement du sud du vers le nord.

Nos travaux montrent que la zone de contact entre La Grande-Opatica constitue un métallotecte régional important. Des zones favorables en minéralisations aurifères et Ni-Cu-ÉGP ont été mises au jour. Parallèlement, un indice (O’Connor) et quelques anomalies en Zn-Pb-Cu-Ag associées aux roches volcaniques, des anomalies aurifères associées aux formations de fer et aux zones de cisaillement, sont rapportés dans des travaux statutaires et ont été visités et échantillonnés lors de nos travaux. Enfin, la région est également connue pour son potentiel en lithium, associé aux pegmatites blanches à spodumène.

11 h 05

Géologie de la région du lac La Trêve, Sous-Province de l'Abitibi, Eeyou Istchee Baie-James

Conférencier

Détails de la conférence

Auteurs: Mélanie Beaudette et Yannick Daoudene (MERN)

Une nouvelle carte géologique préliminaire de la région du lac La Trève (feuillets 32G13-NE et 32J04-SE) a été produite à la suite d’un levé réalisé au cours de l’été 2021. Elle permet de préciser la limite entre les sous-provinces d’Abitibi et d’Opatica et de raffiner la stratigraphie et la structure de cette région.
L’assemblage volcanique et sédimentaire débute avec le Groupe de Roy principalement constitué de basaltes coussinés et massifs des formations d’Obatogamau et de Bruneau, ainsi que de filons-couches de gabbro. Le sommet du Groupe est marqué par des roches volcaniques intermédiaires à felsiques rattachées à la Formation de Blondeau. Cet ensemble volcanique est surmonté par des roches sédimentaires du Groupe d’Opémisca dont la base, la Formation de La Trève, est représentée par un interlitage de conglomérat polygénique et de grès. Au-dessus, la Formation de Daubrée est composée de bancs de grès, incluant de l’arénite, du wacke et du mudstone. La majorité des polarités mesurées dans la séquence volcanique et sédimentaire indiquent des sommets stratigraphiques vers le SE. Des plutons kilométriques et arrondis de syénite et de granite, peu ou pas déformés, coupent la séquence. Alors que les roches présentent généralement un métamorphisme au faciès des schistes verts, elles montrent en bordure des plutons des assemblages minéralogiques typiques du faciès des amphibolites et même des évidences de fusion partielle. Des dykes orientés NE-SW, d’épaisseur décamétriques et d’extension kilométrique, composés de gabbro et gabbronorite, recoupent l’ensemble des unités décrites précédemment. Le levé a aussi permis d’identifier plusieurs environnements géologiques favorables d’un point de vue métallogénique : i) les roches volcanoclastiques de la Formation de Blondeau favorables aux métaux de base et précieux associés au SMV; ii) la gabbronorite du dyke de l’Abitibi aux minéralisation de type Ni-(EGP) magmatique; iii) l’intrusion polyphasée de gabbro du Stock de Mildred aux minéralisations de type Ni-Cu-(EGP) magmatique; et iv) les intrusions syénitiques des stocks de Daine et de Saussure favorables aux minéralisations en ETR.

11 h 15

Géologie de la région de Dolbeau-Blondelas, Province de Grenville, région du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Conférencier

Détails de la conférence

Auteurs: Mhamed El Bourki et Abdelali Moukhsil (MERN)

À l’été 2021, les secteurs nord de Dolbeau-Mistassini (feuillet SNRC 32H01) et nord de Girardville (32H07) ont fait l’objet d’une cartographie géologique à l’échelle 1/50 000 dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Les roches cartographiées sont d’âge mésoprotérozoïque à néoprotérozoïque (1,484 - 0,958 Ga) misent en place dans l’Allochtone de la Province de Grenville. L’unité la plus abondante, à l’est du feuillet 32H01, est la Suite anorthositique de Lac-Saint-Jean (1169-1135 Ma) qui est injectée par d’autres intrusions telles que : le Batholite de l’Écluse (granite, syénite, gabbronorite, leuconorite); l’Intrusion de Rivière Noire de composition ultramafique enrichie en éléments de terres rares (ETR) ± P et la Suite intrusive de Saint-Hedwidge (1017,6 ±36 Ma, granite, syénite, mangérite, gabbronorite). Les autres intrusions mésoprotérozoïques de la région sont : les suites plutoniques de la Vertu, de Grondin, d’Adélard et des Festins; les batholites du Coin et de Long; la Suite intrusive de Jean-Marie; et le Pluton de Tommy. Des roches supracrustales ont également été cartographiées dans la région, Il s’agit : de la Séquence supracrustale de St-Onge (> 1160 Ma, paragneiss quartzofeldspathique,

11 h 25

Nouvelles données géochimiques de sédiments de fond de lac dans le secteur de Mistassini-Ouest, Eeyou Istchee Baie-James

Conférencier

Détails de la conférence

Auteur: Fabien Solgadi (MERN)

En 2020, le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles a décidé de réaliser des levés de sédiments de fond de lac avec une maille d’échantillonnage d’environ un échantillon par 1,5 km2 ce qui est beaucoup plus dense que la maille habituelle des levés historiques du ministère qui était en général d’un échantillon par 6 km2.

Le premier de ces levés de sédiments de fond de lac de haute densité a donc été réalisé à l’été 2020 dans le secteur de Mistassini-Ouest (portions des feuillets SNRC 32J09, 32J16, 32L12, 32L13, 32O01 et 32P04), situé dans la Province du Supérieur. Ce levé, exécuté par la firme Geo Data Solutions Inc. (GDS) du 15 août au 4 septembre 2020, a couvert une superficie d’environ 2 900 km2 et a permis la collecte de 1963 échantillons. D’un point de vue géologique, le levé se situe dans la sous-province d’Opatica. Le potentiel économique de la région est surtout reconnu au nord-ouest du levé dans la ceinture de Frotet-Evans avec notamment l’ancienne mine aurifère Troilus. Les résultats de ce levé ont permis de créer des cartes des valeurs brutes interpolées par la méthode des voisins naturels pour les éléments jugés d’intérêt économique. Ces cartes ont permis de mettre à jour des zones favorables pour certaines de ces substances.

11 h 40

Inventaire des ressources en granulats de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Conférencier

Détails de la conférence

Auteur: André Brazeau (MERN)

L'inventaire des ressources en granulats de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean (feuillets SNRC 22D05, 22D06, 22D07, 22D10, 22D11, 22D12, 22D13, 22D14, 32A08, 32A09, 32D10, 32A15, 32A16 a été effectué au cours des étés 2019 et 2020. Dans le secteur à l’étude, les dépôts susceptibles de fournir du sable et du gravier sont principalement d'origine marine (littoral et deltaïque) et fluvioglaciaire. Ces dépôts forment souvent des terrasses et sont surtout concentrés sur les basses-terres du Saguenay–Lac-Saint-Jean et dans la vallée des principales rivières de la région (rivières Ashuapmushuan, Mistassini, Péribonka, Shipshaw, Valin et Chicoutimi). L’épaisseur des dépôts varie en moyenne de 3 à 5 mètres, mais elle dépasse 10 mètres à de nombreux endroits. Les réserves de sable et gravier du secteur sont importantes. Plusieurs dépôts sont déjà en exploitation ou ont fait l'objet d'exploitation par le passé. Les granulats de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont dérivés des roches précambriennes du Plateau laurentien (Province de Grenville; granite, gneiss, gabbro, diorite, syénite, anorthosite), et en plus faible proportion, de roches sédimentaires paléozoïques de la Plate-Forme du Saint-Laurent (calcaire, shale, schiste argileux). Les granulats grossiers sont constitués principalement de fragments des roches citées ci-haut alors que les granulats fins sont des sables granitiques. Lors des travaux de terrain, 417 sites d’exploitations et 92 sites d’observation ont été visités. De ce nombre, 153 sites étaient en activité lors de notre passage. De nombreux sites (212) étaient abandonnés, les autres étant réaménagés ou vidés.Durant ces visites, 78 échantillons ont été prélevés pour analyse afin de déterminer les caractéristiques physico-mécaniques des granulats. Les résultats de ces analyses ont permis de déterminer que la qualité des matériaux de la région est généralement très bonne. Ces matériaux peuvent être utilisés dans de nombreux ouvrages routiers et d’infrastructure diverse.

11 h 50

Géologie de la région de Girardville, Province de Grenville, région du Saguenay - Lac-Saint-Jean

Conférencier

Détails de la conférence

Auteurs: Mhamed El Bourki et Abdelali Moukhsil (MERN)

Une nouvelle carte géologique à l’échelle 1/50 000 du secteur de Girardville (feuillet SNRC 32H02), dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, a été produite à la suite d’un levé réalisé à l’été 2020. Les roches cartographiées sont principalement d’âge mésoprotérozoïque (0,99 à 1,45 Ga). Plusieurs unités reconnues dans le secteur de Normandin (feuillet 32A15) se poursuivent vers le nord dans le secteur de Girardville. Il s’agit du Complexe de Barrois (roches métasédimentaires, <1224 ±18 Ma), de la Suite plutonique d’Allegrin (non datée), de la Suite de Saint-Thomas-Didyme (1042 ±2 Ma), de la Suite intrusive de Sainte-Hedwidge (1017 ±36 Ma) et de la Gabbronorite de Claire (non datée). De nouvelles unités lithodémiques ont été cartographiées dans le cadre de ce projet. Ces unités sont les suites plutoniques de Bois Vert et de la Vertu, le Batholite du Coin ainsi que les suites intrusives de Bolduc et de Jean-Marie. Ces unités intrusives sont surtout constituées de gabbronorite, de mangérite, de syénite quartzifère avec ou sans orthopyroxène, de syénogranite, de granite à feldspath alcalin, de charnockite et, plus rarement, de syénite quartzifère et à feldspath alcalin, de jotunite, de monzodiorite, de leuconorite et de pyroxénite. Des dykes de pegmatite granitique à syénitique coupent les roches de la région et un dyke de carbonatite injecte la Suite intrusive de Sainte-Hedwidge. Les roches cartographiées sont généralement déformées, plissées et coupées par plusieurs failles ainsi que des zones de cisaillement. La trame structurale est majoritairement orientée N-S à NNE-SSW. Le secteur se caractérise par un métamorphisme régional prograde du faciès supérieur des amphibolites à celui des granulites. Il recèle plusieurs types de minéralisations offrant un potentiel minéral non négligeable permettant de définir des zones favorables à l’exploration minière :

1. minéralisation en éléments de terres rares ± Th ± Nb ± Ta dans les dykes granitiques, dans les roches intrusives syénitiques et granitiques à feldspath alcalin et dans les carbonatites;

2. minéralisation de Fe-Ti±P±V dans les gabbronorites;

3. minéralisation de Ni±Cu dans les roches intrusives ultramafiques;

4. minéralisation de minéraux industriels (sillimanite).

12 h 05

Nouveaux levés géophysiques publiés en 2020-2021

Conférencier

Détails de la conférence

Auteur: Rachid Intissar (MERN)

Poursuivant sa mission d’acquisition et traitement des données géoscientifiques, la direction de l’acquisition des connaissances géoscientifique (DACG) du Québec a réalisé durant les deux dernières années de nombreux levés aéromagnétiques, combinés le plus souvent avec la spectrométrie. Les blocs couverts sont situés dans les régions du lac Mistassini, lac Saint-Jean, Basse-Côte-Nord, Nord du Québec, Abitibi-Témiscamingue et l’Outaouais. Ces levés sont réalisés avec un espacement entre traverses de 200 m et une hauteur nominale de vol de 80 m à 90 m. Le nombre de kilomètres linéaires nécessaire pour couvrir ces blocs est de l’ordre de 510 000 km-lin et ils s’étendent sur une superficie d’environ 91 000 km2. Le but ultime de ces levés de haute résolution est de fournir un outil de soutien à la cartographie géologique autant pour les projets de Géologie Québec que pour les compagnies privées. Ces données permettent également de stimuler l’investissement privé en générant de nouvelles zones favorables à l’exploration minérale. Les rapports techniques et les données numériques relatifs à ces levés sont ou seront disponibles dans Examine.