MERN- Les feux et la régénération de la forêt boréale
 
Centre de presse

Communiqués

Images

Dossiers de presse

Responsable des communications

Allocutions






Les feux et la régénération de la forêt boréale


 

Si le feu représente la perturbation la plus importante et la plus menaçante en forêt boréale, il constitue également un élément essentiel des cycles naturels de ces vastes écosystèmes.


En effet, ce sont des feux de causes naturelles qui sont responsables des perturbations les plus importantes de la forêt québécoise. Selon les données de la SOPFEU, près des trois quarts des superficies affectées par le feu de 1992 à 2001 (433 504 hectares sur 587 552 hectares) l'ont été par des feux provoqués par la foudre. La plupart des feux sont tout de même provoqués par l'activité humaine, mais ils surviennent alors sur des territoires occupés par l'être humain, ce qui facilite leur détection et leur suppression.

Des espèces comme l'épinette noire et le pin gris sont particulièrement aptes à réagir aux effets des feux. La chaleur des feux permet en effet de faire éclater leurs cônes (les fameuses « cocottes ») et ainsi, de libérer les graines. Ces graines germent mieux dans un sol dégagé par les flammes et enrichi par la présence des cendres. La mort des forêts mûres permet ainsi d'ouvrir la voie à des peuplements renouvelés.

Les problèmes surviennent quand le feu revient trop fréquemment au même endroit. L'épinette noire doit être âgée d'environ 50 ans pour produire des graines viables. Si une même forêt brûle avant cette échéance, ou si d'autres phénomènes naturels surviennent (mauvaise qualité des semis, parasites, etc.), sa régénération peut être compromise et les peuplements denses remplacés par des peuplements clairsemés. À court terme, seule l'intervention humaine peut alors corriger cette situation.

En avril dernier, un colloque sur « L'aménagement forestier et le feu » réunissait des dizaines d'experts sur les relations complexes entre les écosystèmes forestiers, l'activité forestière et les feux de forêt. Les actes du colloques seront disponibles l'automne prochain, mais on peut déjà consulter des résumés des communications qui y ont été présentées, ainsi qu'un communiqué bilan expliquant les principales questions abordées au cours de l'événement.