MERN - Exploitation des substances minérales dans les cours d'eau et les lacs
 
Stratégie minérale
OGAT
Stratégie minérale


Nouvelles dispositions, janvier 2016

Titres d'exploration

Modalités d'exploration dans les réserves de l'État

Titres d'exploitation

Activité minière et autres utilisations du territoire

Directives et avis

Conversion, substitution et fusion

Gestion des titres miniers (GESTIM)


Processus de développement minier

Fiscalité minière


SIGÉOM

GESTIM

Répertoire des établissements miniers du Québec





Exploitation des substances minérales dans les cours d'eau et les lacs

Cette directive est en vigueur depuis le 15 juillet 2004. Elle rend nulle et sans effet toute autre directive précédente sur le même sujet. La directive est adoptée en vertu de l’article 100 de la Loi sur les mines (L.R.Q., c. M-13.1) qui stipule, entre autres, que :

« Toute personne qui projette d’exploiter des substances minérales (à l’exception des substances minérales de surface) à des fins commerciales ou industrielles doit d’abord conclure un bail minier avec le ministre des Ressources naturelles. »

Cette exigence s’applique aussi pour toute exploitation dans un cours d’eau ou un lac ou sur leurs rives. Le lavage de gravier avec un concentrateur hydraulique et le lavage à la batée à des fins touristiques sont considérés comme des activités d’exploitation de substances minérales à des fins commerciales.

Toute partie de cours d’eau dont la puissance naturelle est égale ou supérieure à 225 kilowatts ainsi que toute bande de terre de 20 mètres de largeur de part et d’autre de ce cours d’eau sont exclues du bail. Toutefois, le Ministre pourra autoriser, sous certaines conditions, l’exploitation des substances minérales sur ces terrains.

Toute personne qui projette d’intervenir directement ou d’exécuter des travaux dans un cours d’eau, un lac, un étang, un marais, un marécage ou une tourbière doit se procurer un certificat d’autorisation du ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs avant le début des travaux, en vertu de l’article 22 de la Loi sur la qualité de l’environnement (L.R.Q., c. Q-2). Ceci s’applique aussi pour la prospection à la batée et le lavage de gravier avec un concentrateur hydraulique. De plus, des mesures devront être prises, lors des travaux, pour éviter de déployer des particules fines dans le cours d’eau.

 



Retour à la page précédente