MERN - Apatite : potentiel géologique
 
Stratégie minérale
OGAT
Stratégie minérale



Fiscalité minière

Histoire de l'industrie minière

Pierres gemmes

Pierre architecturale

Minéraux industriels

Métaux rares ou de haute technologie


SIGÉOM

GESTIM

Répertoire des établissements miniers du Québec





Potentiel géologique de l'apatite


La Province de Grenville au Québec renferme des ressources en phosphate associées aux complexes anorthositiques, aux complexes ignés lités et aux carbonatites des complexes alcalins. Deux projets miniers visant la production de concentrés d’apatite pour le marché mondial sont à l’étude présentement.

Les Suites anorthositiques (complexes anorthositiques) de la Province de Grenville constituent une source potentielle d’apatite au Québec. En effet, des concentrations intéressantes d’apatite accompagnent parfois les minéralisations de fer-titane associées à des unités de ferrodiorite, de norite, de monzonite, de jotunite, de leuconorite, de leucotroctolite et de troctolite des complexes anorthositiques. La Suite anorthositique de Lac-Saint-Jean renferme le dépôt Lac à Paul, un des plus importants gisements d’apatite au Québec. Les ressources indiquées de ce gisement sont évaluées à 78,3 millions de tonnes de minerai à une teneur de 7,24 % en P2O5 et de 7,84 % en TiO2.

Le Complexe igné lité de Sept-Îles (complexe mafique stratifié) est l’hôte aussi d’un important dépôt d’apatite (gisement Rivière des Rapides) (projet mine Arnaud) sur la Côte-Nord. Dans ce gisement, la minéralisation d’apatite est encaissée dans des niveaux de nelsonite ou de magnétitite titanifère. Les ressources indiquées du gisement sont évaluées à 148 millions de tonnes de minerais à une teneur de 6,2 % en P2O5 et de 8,7 % en TiO2.

Les carbonatites présentent également un bon potentiel pour l’apatite. Des minéralisations d’apatite sont associées aux gîtes de niobium-tantale-terres rares qui se retrouvent dans les carbonatites (Saint-Honoré, Oka, Crevier) des complexes ignés alcalins de la Province de Grenville. Des concentrations d’apatite sont également présentes par endroits dans les intrusions alcalines (Sainte-Véronique, mont Saint-Hilaire) ou hyperalcalines. Il n’y a pas présentement de projets miniers visant leur exploitation.


Référence

CIMON, J., 1998. L’unité à apatite de Rivières des Rapides, complexe de Sept-Îles : localisation stratigraphique et facteurs à l’origine de sa formation. Dans : Actes du 33 forum sur la géologie des minéraux industriels, CIM, Volume spécial 50.

HÉBERT, C., BREEMEN, O. V. et A.-M. CADIEUX, 2009. Région du Réservoir Pipmuacan (SNRC 22 E) : synthèse géologique, Ministère des Ressources naturelles du Québec, RG 2009-01, 57 pages.

TOLLARI, N. et D. BOULIANNE, 2009. Rapport de la campagne d’exploration 2008-2009, propriété du Lac à Paul (phosphore et titane), Ministère des Ressources naturelles du Québec, GM 64489.

 




Retour à la page précédente