MERN - Exploration du kaolin
 
Stratégie minérale
OGAT
Stratégie minérale



Fiscalité minière

Histoire de l'industrie minière

Pierres gemmes

Pierre architecturale

Minéraux industriels

Métaux rares ou de haute technologie


SIGÉOM

GESTIM

Répertoire des établissements miniers du Québec





Château-Richer


Le gisement de kaolin de Château-Richer est un dépôt résiduel provenant d’anorthosite partiellement kaolinitisée situé à environ 8 km, au nord de Château-Richer. Le gisement affleure sur une distance d’environ 300 m aux abords de la rivière Laval.

Le dépôt de kaolin de Château-Richer est un saprolite résultant de l’argilisation météorique d’une anorthosite d’âge précambrien (Cimon, 1969, Dejou et al., 1982).

Il se présente sous forme de matériau granulaire peu cohésif constitué essentiellement de feldspaths (andésine) et de minéraux argileux de teinte blanc grisâtre de la famille des kaolins (hydrokaolinite, kaolinite, halloysite).

Le dépôt est hétérogène avec des teneurs en kaolin pouvant varier par endroits de 10 % à plus de 50 %. Il renferme en plus des blocs et des pointements d’anorthosite massive ce qui rend difficile l’évaluation des réserves. La teneur moyenne, en kaolin, dans les carrières exploitées se situerait autour de 20 % (Tremblay,1986). L’épaisseur du saprolite atteint plus de 20 m par endroits. Il est recouvert d’une couche d’argile plastique jaunâtre contenant des cailloux (0-20 m) et d’un till sablonneux.(6-12 m). Les minéraux argileux présents dans le kaolin de Château-Richer sont la kaolinite et l’illite. Les analyses par diffraction X indiquent que la kaolinite se situe tout près de la limite parahalloysite-halloysite de la série kaolinite-halloysite du groupe minéral des kaolins (Brady et Dean, 1967).




Retour à la page précédente