MERN - Exploitation du kaolin

 
Stratégie minérale
OGAT
Stratégie minérale



Fiscalité minière

Histoire de l'industrie minière

Pierres gemmes

Pierre architecturale

Minéraux industriels

Métaux rares ou de haute technologie


SIGÉOM

GESTIM

Répertoire des établissements miniers du Québec





Exploitation du kaolin


Il n’y a actuellement aucune exploitation de kaolin au Québec.

De faibles quantités de kaolin ont déjà été produites au Québec. Les gisements exploités sont ceux de :

  • Château-Richer;
  • Saint-Rémi-d’Amherst;
  • de Brébeuf.

 

Découvert en 1938, le gisement de Château-Richer au nord de Québec a été exploité au début des années 1960. Environ 10 000 tonnes de minerai furent extraites de deux carrières distantes de 200 m. Le kaolin fut utilisé comme matière première pour la production de briques de parement.

De 1912 à 1923, une quantité de 9 000 tonnes de kaolin a été extraite du gisement de quartzite kaolinique situé au sud du village de Saint-Rémi-d’Amherst dans les Laurentides. Des quantités moindres de kaolin furent aussi récupérées entre 1930 et 1950 comme sous-produit de l’exploitation de quartzite (Dresser et Denis, 1951).

Dans le secteur de Brébeuf dans les Laurentides, une veine très riche en kaolin à l’intérieur d’un quartzite a fourni environ 400 tonnes de kaolin qui furent utilisées pour la fabrication de poterie à Saint-Jérôme.

Ailleurs dans le monde, près d’une soixantaine de pays produisent du kaolin. Les principaux pays producteurs de kaolin sont les États-unis, l’Uzbekistan, l’Allemagne, la République tchèque, la Corée du Sud, le Brésil et la Bulgarie.

Critères d’exploitation

Un gisement de kaolin est intéressant du point de vue économique si la fraction argileuse qu’il contient peut être extraite et épurée pour donner un produit à haute teneur en kaolinite correspondant aux normes des principales industries consommatrices.

Un contenu élevé en kaolinite dans la roche est souhaitable, mais des gisements contenant de 10 à 20 % de kaolin peuvent être tout aussi bien considérés. Les éléments nuisibles dans un gisement de kaolin sont notamment la présence de quartz très fin (<5 microns) ainsi que la présence d’une quantité élevée de minéraux argileux (illite, smectite) ou d’oxydes de fer et de titane. En effet, des grains de quartz très fin (<5 microns) dans le kaolin sont très nuisibles pour la fabrication du papier en raison de leur caractère abrasif. D’autre part, les oxydes de fer et de titane dans le kaolin constituent des colorants nuisibles dans la céramique et le papier.

Spécifications du marché

Le kaolin utilisé par l’industrie du papier doit contenir au moins 90 % de kaolinite, exempt de particules abrasives, et répondre à des spécifications très sévères portant entre autres sur :

  • la granulométrie des particules de kaolin;
  • la blancheur du produit brut;
  • la viscosité des particules en suspension de kaolin (pulpes concentrées).

Pour la fabrication de céramiques fines, le kaolin doit contenir au moins 75 % de kaolinite et produire à la cuisson un produit très blanc, ce qui implique de faibles teneurs en fer (maximum de 0,5 % à 0,8 % Fe2O3 ) et en titane (0,1 % à 0,5 % TiO2 ). La présence de quartz ou d’autres minéraux argileux n’est pas nuisible généralement et peut être même souhaitable pour certains types de céramiques.

Pour la fabrication de produits réfractaires le kaolin doit présenter une teneur en kaolinite d’au moins 80 % et contenir très peu de quartz et d’éléments fondants (Fe2O3 <2,5 %; CaO+MgO <1 %; Na2O+K2O<1 %).

Références

BRISTOW, C. M., 1987. World kaolins-genesis, exploitation, and application, Industrial Minerals , no. 238, July., pages 45-59.

DRESSER, J. A. et B. T. Denis, 1951. Géologie de Québec, Volume III, Géologie Économique, Ministère des Mines du Québec, Rapport Géologique 20, pages 534-537.

HARBEN, P. W., 1999. kaolin, in The Industrial Minerals HandyBook,3 rd Edition, A Guide to markets, specifications and prices, Industrial Minerals Information Ltd, Surrey, UK, pages 105-111.

HARBEN, P .W. et M. KUZVART, 1996. Clays-Kaolinite bearing clays , in Industrial Minerals A global geology, Metal Bulletin PLC, London, pages 112-127.

PASQUET, J. F., 1988. Mémento roches et minéraux industriels – le kaolin., BRGM. Service Géologique National, Département Géologie, Rapport 88 SGN 676 GEO.

PICKERING Jr, S. M. et H. H. MURRAY, 1994. Kaolin, in Industrial Minerals & rocks, 6th ed., D.D. Carr, ed. SME, Littleton, CO, pages 255-277.

PRASAD, M.S. ,Reid, K.J. et H. H. MURRAY, 1991. Kaolin : processing, properties and applications. Applied Clay Science, 6, pages 87-119.

 




Retour à la page précédente