MERN - Historique - Rivière-à-Pierre
 
Stratégie minérale
OGAT
Stratégie minérale



Fiscalité minière

Histoire de l'industrie minière

Pierres gemmes

Pierre architecturale

Minéraux industriels

Métaux rares ou de haute technologie


SIGÉOM

GESTIM

Répertoire des établissements miniers du Québec





Rivière-à-Pierre


La production a débuté à la fin du XIXe siècle et ce secteur a acquis une réputation internationale pour la qualité de sa pierre. De nos jours, il est le centre d’extraction de pierre architecturale le plus important au Québec. Son importance est attribuable aux qualités esthétiques et physiques de la pierre et à l’aspect massif des affleurements.

Les débuts des travaux d’exploitation sont liés à l’amélioration des voies d’accès. Ce n’est qu’en 1888, avec la réalisation du tronçon du chemin de fer passant par le village et reliant les localités du sud du Québec à celles du Lac-Saint-Jean, que des travaux d’extraction ont pu être réalisés de manière artisanale. Les premiers travaux d’envergure ont probablement été faits par Fortunat Voyer et Joseph N. Perron en 1894. Le granit rose exploité par Fortunat Voyer a servi, entre autres, à la construction de l’immeuble Langelier à Québec.

Au début du XXe siècle, deux nouvelles carrières de granit rose sont exploitées près du village. L’une d’entre elles a fourni la pierre pour la construction des piliers du pont de Québec. À cette époque, il fut expédié plus de deux mille wagons de pierre destinée à cet ouvrage.

De 1920 à 1960, de nouvelles carrières de granit rose sont mises en production. En 1934, un bloc extrait de la carrière d’Auguste Dumas a servi à produire la croix monolithique de Jacques Cartier érigée à Gaspé. La croix, pesant plus de 42 tonnes, a été transportée par voie ferrée. Une réplique de cette croix se trouve au cœur du village de Rivière-à-Pierre. En 1938, les compagnies Arthur Dumas et Fortunat Voyer et Fils s’associent pour former la compagnie Dumas et Voyer, ce qui constituera un événement important dans l’histoire de l’exploitation de la pierre à Rivière-à-Pierre.

La phase la plus importante de l’exploitation à Rivière-à-Pierre s’amorce au début des années 1960. Depuis le début de cette période, 18 nouvelles carrières de granit ont été mises en production. En 1961, la compagnie White Diamond Granite débute l’exploitation de la première carrière de granit vert. Plus tard, cette pierre, identifiée comme la variété Vert Forêt ou Vert Atlantique, deviendra célèbre pour son utilisation dans la construction de l’édifice du siège social de la compagnie IBM à New York. En 1962, la compagnie Dumas et Voyer ouvre deux nouvelles carrières de granit brun, ce qui deviendra un fait marquant puisque la pierre extraite, soit la variété Calédonia, possède maintenant une réputation internationale pour ses qualités esthétiques.

En 2005, l’exploitation était encore très intense avec 17 carrières en activité (Perreault et al., 2006, p. 57). On extrait de la pierre pour la production de panneaux et de tranches servant à de multiples usages tels que le recouvrement de bâtiments, la confection de tuiles et de morceaux faits sur mesure. La pierre sert également pour l’édification de monuments et à la production de marches et de bordures de trottoir. Elle a aussi servi à la production de pavés.

Les roches exploitées sont une farsundite, une mangérite quartzifère ou une jotunite porphyroïde de la Suite de Rivière-à-Pierre (Hébert et Nadeau, 1995). Elle sont à grains grossiers, de teintes :

Cliquez sur les images pour un agrandissement.
Pour afficher ces photos, assurez-vous que la fonction
de pop-fenêtres javascript (popup) ou de tout autre outil Internet
de votre navigateur n'est pas désactivée.

Carrière Deer Brown en 2003.
Carrière Vert Prairie en 2004.

Fiches détaillées : Carrières de granit à Rivière-à-Pierre

 




Retour à la page précédente