MERN - Consommation totale d'énergie
Politique énergétique

Hydroélectricité
Énergie éolienne
Pétrole et gaz naturel
Innovation


Informations géoscientifiques pétrolières et gazières




Consommation totale d'énergie


Retour à la table des matières

Faits saillants

  • Depuis le début des années 80, la consommation d'énergie du Québec connaît une tendance croissante. Le taux de croissance annuel moyen a été de 0,5 % sur la période 1988-2013.

  • En 2013, la consommation totale d'énergie du Québec a atteint 40 millions de tonnes équivalent pétrole (tep), soit une hausse de 1,6 % par rapport à 2012. Ces 40 millions de tep sont composées de :

    • 172,5 TWh d'électricité
    • 18,2 milliards de litres de produits pétroliers
    • 6,4 milliards de mètres cubes de gaz naturel
    • 2 962 200 tonnes équivalent pétrole (tep)  de biomasse
    • 700,8 kilotonnes de charbon1
  • Par ailleurs, depuis 20 ans, l'intensité énergétique de l'économie québécoise suit une tendance à la baisse malgré la croissance de la consommation d'énergie. Ainsi, la consommation d'énergie croît moins rapidement que le produit intérieur brut (PIB).

 

La consommation totale d'énergie
et l'intensité énergétique (1988-2013)

1. L'intensité énergétique est le rapport entre la consommation d'énergie et le produit intérieur brut, exprimé en dollars constants de 2007.
Sources : Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles et Statistique Canada

Données en format Excel (311 Ko)

Explication du graphique

Une diminution de l'intensité énergétique peut traduire en bonne partie une amélioration de l'efficacité énergétique. Cependant, il est important de souligner que les variations de température ou même des changements structurels ou conjoncturels dans l'économie peuvent également faire varier l'intensité énergétique.

 

[1] Le chiffre de la consommation de charbon pour l'année 2013 pourrait différer de celui indiqué dans d'autres documents ministériels. Cette différence peut s'expliquer par la pluralité des sources d'information qui présentent des chiffres différents pour le charbon.




Retour à la table des matières