Énergie

Importations et exportations de pétrole brut

  • Le pétrole brut consommé par les Québécois est produit principalement dans l’Ouest canadien et dans le nord-est ainsi que dans le sud des États-Unis (Dakota du Nord, Ohio, Pennsylvanie, Texas). Il est ensuite importé au Québec, par pipelines, par trains ou par navires, afin de répondre à la demande des Québécois.
  • Le Québec importe la totalité du pétrole brut qu’il consomme. Une fois importé, ce pétrole brut est raffiné en différents produits pétroliers (essence, carburant diesel, mazout, etc.).
  • On compte deux raffineries dans la province (Jean-Gaulin de Valero à Lévis et Suncor de Montréal). Ces établissements raffinent environ l’équivalent des quantités de produits pétroliers que ce que les Québécois consomment par jour. Néanmoins, certains produits pétroliers sont exportés alors que d’autres sont importés.
  • Les arrivages en pétrole brut aux raffineries du Québec sont quotidiens et leur provenance peut varier d’une fois à l’autre. Les raffineries québécoises sont toutefois optimisées pour être en mesure de raffiner principalement du pétrole léger plutôt que du pétrole lourd.
  • En 2018, sur la base de la moyenne des données mensuelles disponibles, les arrivages en pétrole brut aux raffineries du Québec provenaient de :
    • 58 % des États-Unis;
    • 39 % de l’Ouest canadien,
    • 3 % d’autres pays (essentiellement l’Algérie).
  • Le graphique 1 présente les sources d’approvisionnement en pétrole brut des raffineries québécoises.
  • Au cours des dernières années, les approvisionnements nord-américains se sont sensiblement accrus, au détriment des importations outre-mer, et ce, en raison de :
    • l’inversion du sens d’écoulement de la canalisation 9B depuis décembre 2015;
    • l’accroissement de la production de pétrole léger aux États-Unis grâce à de nouvelles techniques de production (fracturation hydraulique), ce qui a également entraîné une baisse des prix.

Graphique 1
Sources d’approvisionnement en pétrole brut des raffineries du Québec, 2008-2018

(en pourcentage du total du pétrole acheminé aux raffineries [arrivages totaux])

Source : Statistique Canada, tableau 25-10-0041-01. Données annuelles moyennes pour les mois dont les données ne sont pas confidentielles (site Web consulté le 6 septembre 2019).

  • Le graphique 2 présente les moyens de transport des approvisionnements de pétrole brut de 2008 à 2018.
    • On constate l’impact de l’inversion du sens d’écoulement de la canalisation 9B en décembre 2015 qui a entraîné un accroissement des approvisionnements par pipeline.

Graphique 2
Moyen de transport du pétrole brut acheminé aux raffineries du Québec, 2008-2018

(toutes provenances, en pourcentage du total du pétrole acheminé aux raffineries [arrivages totaux])

* Détail non disponible. La catégorie « Autres » représente principalement des navires.
Source : Statistique Canada, tableau 25-10-0041-01.

Tableau 1
Moyen de transport du pétrole brut acheminé aux raffineries du Québec, 2008-2018

(toutes provenances, en pourcentage du total du pétrole acheminé aux raffineries [arrivages totaux])

* Détail non disponible. La catégorie « autres » représente principalement des navires.
Source : Statistique Canada, tableau 25-10-0041-01.

  • Le graphique 3 présente les arrivages de pétrole brut aux raffineries du Québec. On constate l’impact de la fermeture de la raffinerie Montréal-Est en 2010.

Graphique 3
Moyenne quotidienne des arrivages de pétrole aux raffineries du Québec, 2000-2018

(en barils de pétrole)

N.D. : Les données pour 2015 et 2016 sont confidentielles et non publiées par Statistique Canada. Les données pour 2013, 2014, 2017 et 2018 représentent les moyennes des mois pour lesquels les données sont publiées.
Source : Statistique Canada, tableau 25-10-0041-01.

  • En 2018, le déficit de la balance commerciale du Québec a atteint 10,6 G$, selon les données de Statistique Canada. Les importations d’hydrocarbures du Québec (SCIAN 211 – pétrole brut et gaz naturel) ont atteint 5,5 G$ et représentent donc l’équivalent de 51 % du déficit de la balance commerciale.

Graphique 4
Balance commerciale du Québec

(en millions de dollars, de 2013 à 2018)

Source : Statistique Canada, Commerce international des marchandises.