Participer à un tirage au sort

Terrains offerts par tirage au sort

Information générale

Formuler une demande d'utilisation

Nouvelles dispositions réglementaires

Foire aux questions : villégiature

Autorisation aux municipalités pour l'entretien des chemins du domaine de l'État

Location des terres du domaine de l'État pour
l'exploitation de bleuetières.









 




Formuler une demande


  

Qui peut formuler une demande d'utilisation?

  • Une personne majeure
  • Un organisme public ou privé
  • Une entreprise privée

Comment formuler une demande d'utilisation?

Qu'il s'agisse de location, d'achat ou d'obtention d'un autre droit d'utilisation, une demande d'utilisation du territoire public peut être formulée :
 

  • par téléphone, en communiquant avec le Centre de service du territoire public au 1 844 282-8277. Un employé expliquera la marche à suivre;

  • par écrit, en complétant le formulaire « Demande d'utilisation du territoire public » (Format HTML, 27 Ko) (Format PDF, 36 Ko). Le demandeur recevra un accusé de réception. Sa demande sera prise en charge par un employé du Ministère.

On peut aussi formuler une demande à la municipalité régionale de comté (MRC) dans les endroits où il y a une entente avec le Ministère.

Location

Conditions particulières applicables aux locations

En règle générale, la location d'un terrain public pour la villégiature s'effectue par tirage au sort dans les territoires avoisinant les municipalités les plus populeuses. Les tirages au sort sont annoncés par le Ministère à l'automne de chaque année.

Ailleurs au Québec, dans les territoires moins fréquentés par la population, c'est la formule du premier requérant (le premier arrivé est le premier servi) qui est la plus courante. Pour en connaître davantage, consultez la MRC dans les endroits où il y a une entente avec le Ministère ou le Centre de service du territoire public.

Coûts de location

De façon générale, le coût annuel de location d'un terrain est calculé en tenant compte de la valeur foncière du terrain loué, sans toutefois être inférieur au loyer minimum prévu dans la réglementation. Pour les baux de villégiature, le loyer annuel correspond à 5 % de la valeur du terrain tandis que le loyer minimum est de 286 $.

Au moment où le client formule une demande, il doit débourser :

  • les frais d'ouverture de dossier de 109 $ (TPS et TVQ en sus).

Après l'analyse de son dossier, si sa demande est acceptée, le client devra débourser :

  • les frais d'administration pour la délivrance du bail de 332 $ (TPS et TVQ en sus);
  • les frais pour les travaux de mise en valeur de 769 $ (TPS et TVQ en sus);
  • les frais d'arpentage, dans certains cas;
  • le loyer de la première année.

Chaque année, le locataire d'un terrain reçoit un avis de paiement pour le loyer annuel, qu'il doit acquitter en un seul versement, selon l'un des quatre modes de paiement suivants :

  • par guichet automatique, au comptoir ou par Internet dans la plupart des institutions financières;
  • par carte de crédit en utilisant le service de paiement par Internet « Loyer d'un terrain public »;
  • par chèque à l'ordre du ministre des Finances du Québec;
  • en argent comptant.

Transfert de bail

Demande de transfert de bail (Format PDF, 36 Ko)

Le locataire d’un terrain de villégiature, attribué dans le cadre d’un tirage au sort après le 1er octobre 2010, ne peut transférer ses droits inclus dans le bail pendant les cinq ans suivant la date du premier bail, à moins qu’il ne satisfasse l’une des trois conditions de transfert suivantes :

  • il a construit sur le terrain loué un bâtiment d’une valeur minimale de 10 000 $;
  • le bâtiment sur le terrain loué a été vendu dans le cadre d’une vente en justice, d’une vente pour taxes ou de l’exercice d’un droit hypothécaire;
  • le transfert est effectué en faveur de son conjoint de droit ou de fait, de son père, de sa mère, de son frère, de sa sœur ou de son enfant, ou à la suite du décès du locataire.

Des frais de 332 $ (TPS et TVQ en sus) sont exigés.

Financement hypothécaire

Pour faciliter le financement hypothécaire de bâtiments sur les terres publiques, le Ministère a apporté une modification à son bail type en ajoutant une clause de renonciation au bénéfice de l’accession. En vertu de cette clause, le Ministère reconnaît la pleine propriété du bâtiment au locataire, même si le terrain est la propriété de l’État.

Ainsi tous les baux délivrés après le 15 novembre 2006 contiennent une clause d’accession. Si vous possédez un bail délivré avant cette date, et que vous voulez un nouveau bail comportant cette clause, vous devez vous adresser au Centre de service du territoire public et payer des frais d’administration de 332 $ (TPS et TVQ en sus). Par contre, ces dispositions ne s’appliquent pas au bail pour un abri sommaire.

Financement hypothécaire en territoire public (Format PDF, 19,9 Ko)

Achat

Le Ministère favorise la location des terres du domaine de l'État plutôt que la vente. De façon exceptionnelle, il peut consentir à la vente de terres du domaine de l'État.

Deux documents qui ont pour but d'encadrer l'analyse de l'ensemble des demandes d'achat de terres du domaine de l'État ont été élaborés :

Coûts d'achat

Au moment où le client formule une demande d'acquisition, il doit débourser :

  • les frais d'ouverture de dossier de 109 $ (TPS et TVQ en sus).

Après l'analyse de son dossier, si la demande est acceptée, le demandeur devra débourser :

  • les frais d'administration pour l’évaluation de la valeur marchande de la terre de 1 011 $ (TPS et TVQ en sus);

Si l’offre est acceptée, l'acquéreur devra débourser :

  • les frais d'administration pour la vente du terrain de 1 011 $ (TPS et TVQ en sus);
  • le prix de vente du terrain.

L'acheteur devra également prévoir les frais reliés aux services :

  • d'un évaluateur agréé, si des travaux d'évaluation sont requis;
  • d'un arpenteur-géomètre, si des travaux d'arpentage sont requis;
  • d'un notaire, pour la rédaction du contrat d'achat.

À ces frais de services s'ajoutent aussi les frais d'enregistrement du contrat notarié au Bureau de la publicité des droits.

Autres formes de droit

Les autres formes de droit d'utilisation du territoire public sont multiples. Les principales sont les servitudes et les droits d'aménagement d'un sentier. Un guide a été préparé à l'intention des clubs de motoneigistes et des clubs de quads afin de les aider à présenter leur demande pour l'aménagement ou la reconnaissance de sentiers sur les terres du domaine de l'État (Format PDF, 1 Mo).

Selon la nature du droit, certains frais et modalités peuvent s'appliquer. Il n'existe aucune concession gratuite de terres publiques à des particuliers. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les autres formes de droit d'utilisation du territoire public, consultez la page Location de terrains et autres droits ou le Centre de service du territoire public.

Voir également