Stratégie minérale
OGAT
Stratégie minérale



Fiscalité minière

Histoire de l'industrie minière

Pierres gemmes

Pierre architecturale

Minéraux industriels

Métaux rares ou de haute technologie


Statistiques minières

SIGÉOM

GESTIM

Répertoire des établissements miniers du Québec





Quelques dates marquantes


1686

Découverte d'un gisement de plomb, zinc et argent en Abitibi-Témiscamingue par le Chevalier de Troyes sur la rive du lac Témiscamingue. Ce dépôt sombre dans l'oubli pendant 200 ans, avant d'être exploité dans les années 1890.

1729-1883

L'industrie minière se limite à deux activités importantes : l'extraction de sables ferrugineux en vue de la production de fonte et l'exploitation de carrières et de sablières à des fins de construction.

1734

L'ouverture des Forges du Saint-Maurice marque la naissance de la sidérurgie québécoise.

1835

Première découverte de pépites d'or dans la Beauce.

1842

La Commission géologique du Canada effectue des levés sur le territoire. Elle produit des rapports, qui incitent les prospecteurs à entreprendre des travaux d'exploration.

1847

Première production d'or alluvionnaire dans la Beauce.

1865

Exploitation de la première mine de cuivre, la mine Eustis, près de Sherbrooke.

1867

Début de l'exploitation des sables ferrugineux de l'embouchure de la rivière Moisie.

1875

Le Québec devient le premier producteur de phosphate au Canada avec son gisement de la vallée de la Lièvre, dans l'Outaouais.

1876

Joseph Fecteau, fermier, découvre de l'amiante dans le canton de Thetford.

1878

Découverte d'un gisement d'amiante par William Jeffrey dans la région d'Asbestos et début de l'exploitation d'amiante à la mine Bell, à Thetford Mines. L'exploitation de l'amiante à la mine d'amiante Jeffrey commencera en 1881.

1880

Le Québec adopte la première loi sur les mines, l'Acte général des mines de Québec. Cet acte attribue au gouvernement la propriété du sous-sol. Il devient propriétaire de toutes les mines sur son territoire, lesquelles seront concédées à des tiers par la suite.

1881

Joseph Obalski devient le premier ingénieur minier de la province. Dix ans plus tard, il est nommé chef du Bureau des mines, qui vient d'être créé.

1903

Premières découvertes de cuivre et d'amiante dans le secteur de Chibougamau, par P. McKenzie. Il observe la présence de cuivre sur l'île du Portage et d'amiante sur l'île de l'Amiante, au lac Chibougamau. Dès 1905, la région est reconnue comme une région minière potentielle. En 1908, E. Dulieux signale la présence de minéralisation sur l'île Merrill.

1906

Alphonse Olier et Auguste Renault découvrent le premier gisement aurifère de la région de Rouyn-Noranda, sur le bord du lac Fortune. Malgré cette découverte, la région ne devient un camp minier qu'à la suite du jalonnement de claims au nord du lac Tremoy et de la découverte d'un gisement de cuivre et d'or par Edmund Horne, un prospecteur de la Nouvelle-Écosse, en 1922.

1911

Première découverte d'or dans la région de Malartic-Val-d'Or, par J.J. Sullivan et Hertel Authier. Mais ce n'est qu'en 1928 que les résultats d'exploration sur cet indice sont suffisamment encourageants pour l'exploitation de la mine Sullivan.

1920-1930

L'ouverture du Nord-Ouest québécois domine le paysage minier. À ce chapitre, l'Abitibi-Témiscamingue compte 90 % des titres miniers enregistrés au Québec. À cette époque, les compagnies exploitent le cuivre, l'or, le fer et l'amiante.

1920-1950

L'exploitation minière s'effectue dans plusieurs régions. En plus de l'Abitibi, on trouve des gisements à Chibougamau, sur la Côte-Nord, au Labrador, dans la péninsule gaspésienne et en Estrie.

1924

M.J. O'Brien découvre de l'or dans la région de Bousquet-Cadillac, en 1924. Le gisement qui porte son nom est exploité en 1932.

1929

Exploitation de la seule mine de molybdène au pays, la mine Eureka, située dans le canton de La Corne.

1931-1937

Découverte de plusieurs indices de cuivre et de nickel dans la péninsule de l'Ungava.

1933

Signalisation de minéralisation aurifère dans la région de Belleterre et découverte du gisement de sulfures massifs de Lorraine, en 1961.

1941

Découverte de kimberlites sur l’Île Bizard, à l’ouest de Montréal (Clark, 1941, 1952).

1941

Découverte d'indices d'ilménite massive le long des rives des lacs Allard et Puyjalon.

1945-1949

Les travaux de la Hollinger North Shore mettent en valeur des réserves de plus de 400 millions de tonnes de minerai de fer exploitables à ciel ouvert dans la région de Schefferville.

1946-1950

Découverte du gisement du lac Tio et mise en valeur du gisement par la Kennecott Copper. C'est également à cette période que le chemin de fer de 42 kilomètres reliant Havre-Saint-Pierre à la mine Tio a été construit.

1948

Découverte de formations de fer à la Mine de Mont-Wright.

1950-1954

Construction d'un des plus grands chantiers du Canada à cette époque : une voie ferrée de 573 kilomètres reliant Sept-Îles à Schefferville, des installations minières à Schefferville, deux barrages hydroélectriques, l'un à Schefferville et l'autre à Sept-Îles, des installations portuaires à Sept-Îles, sans oublier la construction de Schefferville et de Sept-Îles. C'est en 1954 que la Compagnie minière IOC effectue sa première livraison de minerai de fer, qui part de Sept-Îles à bord du minéralier Hawaiian.

1950-1970

On assiste à une recrudescence de l'exploitation du fer sur la Côte-Nord, de l'or et du cuivre en Abitibi-Témiscamingue et de l'amiante en Estrie.

1955

Découverte de dykes de kimberlite au lac Bachelor près de Desmaraisville, dans le centre-nord de la Sous-province de l’Abitibi, lors d’une campagne d’exploration pour l’or (Watson, 1955).

1953

Découverte d'un premier gisement de niobium dans la région d'Oka. En 1967, on découvre celui de Saint-Honoré, le second en importance au monde.

1954

Ouverture de la mine Gaspé Copper, à Murdochville.

Début des opérations minières de la mine d'amiante de Black Lake, près de Thedford Mines.

1956

Travaux de géophysique qui permettent de localiser d'importantes anomalies électromagnétiques dans la région de Matagami. En 1957, des forages de la compagnie Mattagami Syndicate permettent d'intercepter la minéralisation, qui devient le gisement du lac Mattagami.

1959

Début de l'exploitation du minerai de fer à la mine à ciel ouvert du lac Jeannine par la compagnie minière Québec Cartier. Cette mine fermera en 1977.

1968

Découverte sur l’Île Bizard de dix diamants totalisant 0,0605 carat dans ce qui est considéré alors comme des kimberlites (Brummer, 1978; Raeside et Helmstaedt, 1982). Elles sont maintenant désignées comme des alnoïtes (Mitchell, 1983).

1970-1975

Construction des installations minières (mine à ciel ouvert, concasseur, broyeur et concentrateur) de Mine de Mont-Wright et de la ville de Fermont.

1972

Mise en production de la mine d'amiante d'Asbestos Hill (à Purtuniq). Il s'agit de la première mine à être mise en exploitation dans le Grand Nord québécois.

1973

Construction d'une usine de traitement du minerai de fer à des fins de concentration et de bouletage à Sept-Îles.

1975

Début de l'exploitation du gisement de fer du lac Fire par la Sidbec-Normines et du gisement de fer de la Mine de Mont-Wright par la compagnie minière Québec Cartier. La mine est toujours en opération.

1977

Première cuisson de boulettes de fer à l'usine de bouletage de Port-Cartier par la Sidbec-Normines.

1978

Découverte de dykes de kimberlite près de la limite nord du bassin d’Otish lors d’une campagne d’exploration pour l’uranium par la compagnie Uranerz (Gehrish et al., 1979).

1978-2004

Mise en exploitation des mines Thompson Bousquet, en 1978, et Doyon, en 1979, au nord de la municipalité de Cadillac, en Abitibi-Témiscamingue ainsi que des gisements LaRonde (Dumagami) en 1988, et de Bousquet 2, en 1990. Le camp minier de Bousquet-Cadillac demeure aujourd'hui la principale région aurifère au Québec, avec les mines Doyon, Mouska et LaRonde.

1982

Arrêt des opérations et fermeture des mines de fer de Schefferville et des installations de concentration et de bouletage à Sept-Îles.

1983

Découverte d’une cheminée de kimberlite dans le canton de Guigues au Témiscamingue par Monopros (Brunet, 1983) à la suite de quinze ans d’exploration dans le secteur.

1992

Découverte d’une cheminée de kimberlite contenant deux micro-diamants dans le canton Le Tac, par Explorations Minières du Nord (Field et Tainton, 1993).

1993

Découverte de dykes de lamprophyre ultramafique diamantifère au Fjord Alluviaq (Abloviak) sur la côte orientale de la baie d’Ungava, dans les monts Torngat (Digonnet et al., 2000).

1997

Exploitation des gisements de cuivre, nickel et cobalt au camp minier Raglan, dans le Grand Nord.

1999-2004

Exploration et évaluation des dykes de lamprophyre ultramafique diamantifère du Fjord Alluviaq par Twin Mining Corporation, Diamond Discoveries International Corporation et d’autres compagnies. Les échantillons en vrac recueillis par Twin Mining Corporation sur le dyke Torngat ont révélé une teneur globale de 3,84 carats par 100 tonnes.

2000-2001

Découverte de diamants à l'est de la Baie d'Ungava et près des monts Otish.

2001

Découverte de deux cheminées de kimberlite sur la propriété Foxtrot, située au nord des monts Otish, par Les mines Ashton du Canada Inc. et SOQUEM Inc. en septembre et en octobre. En décembre, les sociétés annoncent que les échantillons de forage sur ces deux kimberlites contiennent 34 macrodiamants et 170 microdiamants.

2002

Une ruée majeure d’acquisition de claims miniers marque le Québec avec 46 000 claims inscrits entre février et mai 2002, dont 42 000 dans le Moyen-Nord québécois, à la suite de l’annonce de la découverte en décembre 2001.

Découverte de microdiamants dans des filons-couches de kimberlite à l’est de Wemindji, près de la baie James, par Ressources Majescor Inc.

2003

Neuf corps de kimberlites diamantifères, constituant l’essaim de Renard, sont découverts sur la propriété Foxtrot par Les Mines Ashton du Canada Inc. et SOQUEM Inc. Un échantillon en vrac de 36,5 tonnes en provenance de plusieurs kimberlites qui forment la Zone centrale de l’essaim de Renard révèle 24 carats de diamants, pour un contenu en diamant de 0,66 carat par tonne. Quarante-neuf de ces diamants ont un poids d’au moins 0,10 carat, dont une pierre gemme de plus de 4 carats qui se veut le plus gros diamant trouvé au Québec.

2004

Les Mines Ashton du Canada inc. et SOQUEM inc. investissent environ 18 M$ en 2004 sur la propriété Foxtrot, notamment pour réaliser un échantillonnage en vrac de 639 tonnes de matériel kimberlitique de l’essaim Renard afin d’évaluer la valeur en diamant des kimberlites. Les 269 premières tonnes traitées ont produit un total de 97 carats. Un essaim de dykes de kimberlites appelé « Lynx » est reconnu et exploré, à l’ouest de l’essaim de Renard.




Retour à la page précédente