Politique énergétique

Hydroélectricité
Énergie éolienne
Pétrole et gaz naturel
Innovation
Changements climatiques

Informations géoscientifiques pétrolières et gazières




Importations et exportations d'électricité


Retour à la table des matières

Faits saillants

  • De 2002 à 2004, on note une tendance à la baisse des exportations nettes d’électricité (excluant les approvisionnements des chutes Churchill) qui sont passées de 14,3 TWh à 1,4 TWh.

  • À partir de 2005, cette tendance s’est inversée. Les exportations nettes d’électricité ont connu cinq années de hausses consécutives  jusqu’à un sommet de 22,9 TWh en 2009.

  • En 2010, les exportations nettes d’électricité ont diminué pour la première fois depuis 2004, passant de 22,9 TWh en 2009 à 14,3 TWh en 2010, soit une diminution de 37,7 %. En 2011, elles sont reparties à la hausse, pour atteindre 20,9 TWh.

Les exportations nettes d'électricité (2001-2011)
(Format Excel, 110 Ko)

Sources : Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles et Statistique Canada

Explication du graphique

En 2004, les exportations nettes d’électricité ont atteint un creux historique de 1,4 TWh. En effet, en raison de la  faible hydraulicité du moment, les exportations nettes d’électricité du Québec avaient diminué de façon importante de 2000 à  20041. La mise en service de nouvelles centrales hydroélectriques (Toulnustouc, Eastmain-1 et Péribonka) et le relèvement du niveau d’hydraulicité ont permis par la suite d’augmenter les exportations d’électricité jusqu’au sommet de 2009. Après une chute en 2010, les exportations nettes ont à nouveau enregistré une hausse de 6,6 TWh en 2011. Ce niveau résulte de la conjonction de différents facteurs :

  • Le prix faible du gaz naturel : Augmente la concurrence dans le secteur de l’approvisionnement de l’énergie. Aux États-Unis, il représente une force motrice du mouvement de substitution qui s’effectue des importations vers la production d’électricité à partir du gaz naturel. L’électricité, en grande partie hydraulique, produite au Québec devient moins attrayante sur le marché américain.
  • La météo : Après une année 2010 marquée par des précipitations inférieures à la moyenne, l’année 2011 a été caractérisée par des précipitations normales qui ont permis à Hydro-Québec d’accroître le volume de ses ventes hors Québec.
  • La force du dollar canadien : l'appréciation du dollar canadien vis-à-vis du dollar américain a eu un effet à la baisse sur le volume d’exportations.

En 2011, 76,7 % des exportations d’électricité ont été dirigées vers les États-Unis, le reste étant dirigé vers d’autres provinces (Nouveau-Brunswick et Ontario).

1 : L’hydraulicité d’un cours d’eau ou d’un barrage représente le rapport du débit mensuel (ou annuel) et de sa moyenne interannuelle. Elle permet de positionner simplement le débit d'une année ou d'un mois donné par rapport à l'année ou au mois normal. http://www.hydro.eaufrance.fr/glossaire.php

 




Retour à la table des matières