Politique énergétique

Hydroélectricité

Le vent comme source d'énergie

Le potentiel éolien au Québec

Les projets éoliens au Québec

Le cadre d'implantation

L'implantation sur les terres publiques

L'implantation sur les terres privées

Les considérations environnementales

Les retombées économiques


Pétrole et gaz naturel
Innovation



Informations géoscientifiques pétrolières et gazières




Énergie éolienne



 

Le potentiel éolien du Québec est considérable compte tenu de l’immensité du territoire. L’énergie éolienne va permettre au Québec de disposer de quantités appréciables d’électricité, dans un délai relativement court et à des coûts compétitifs. De plus, il s’agit d’une forme d’énergie renouvelable dont le niveau d’émission de gaz à effet de serre est très limité.


L’énergie éolienne constitue un complément naturel à l’hydroélectricité. Les centrales hydroélectriques permettent, à certaines conditions, de compenser le caractère intermittent de l’énergie éolienne. En contrepartie, les éoliennes permettent de moins solliciter la réserve hydraulique des réservoirs.

Selon une étude rendue publique en juin 2005, le potentiel intégrable au réseau électrique d’Hydro-Québec est évalué à 3 600 MW, en tenant compte des technologies d’alors et des contraintes liées au transport de l’énergie sur de longues distances.

Les priorités d'action

En 2016, le Gouvernement du Québec publiait la Politique énergétique 2030. Le Québec disposant d’une marge de manœuvre énergétique, le gouvernement proposait une approche visant à soutenir les entreprises québécoises afin qu’elles puissent tirer parti de l’ouverture de nouveaux marchés découlant de la hausse de la demande mondiale d’énergie éolienne. C’est dans ce contexte que s’inscrit désormais la vision du développement éolien du Gouvernement du Québec, qui souhaite que des parcs éoliens construits au Québec puissent répondre à des occasions d’affaires et exporter toute leur électricité vers les marchés nord-américains. Ainsi, l’objectif du gouvernement est de tirer profit de la filière éolienne, tout en limitant l’incidence sur les tarifs d’électricité des consommateurs québécois.

Une démarche planifiée bien encadrée

Le gouvernement a mis de l’avant des mesures afin d’encadrer le développement de l’énergie éolienne. Il a, entre autres, publié ses orientations en matière d’aménagement du territoire et, plus récemment, le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles a publié ses orientations en matière d’acceptabilité sociale afin, notamment, de favoriser un partage des bénéfices des projets avec les communautés d’accueil et d’assurer la mise en place de processus prévisibles de participation publique à toutes les étapes d’un projet. Plusieurs éléments sont ainsi mis en place pour s’assurer que l’implantation d’éoliennes s’effectue dans le respect de l’environnement et des préoccupations des citoyens.

Une industrie en plein essor

Les technologies liées à la production d’énergie à partir du vent ont rapidement progressé, particulièrement en ce qui concerne la puissance des éoliennes. Au début du développement de la filière au Québec, les éoliennes installées étaient principalement d’une puissance de 750 kW alors que les projets en cours de réalisation prévoient l’installation d’éoliennes pouvant atteindre une puissance supérieur à 3 MW.

La croissance rapide de la filière éolienne, partout dans le monde, a donné naissance à un secteur d’activité dynamique dans lequel le Québec a réussi à se positionner avantageusement. La mise en valeur de cette filière est donc une bonne décision à la fois sur les plans énergétique, économique et environnemental. Les investissements qui y sont liés vont directement profiter aux régions ressources.

  • Le vent comme source d’énergie >>
  • Le potentiel éolien au Québec >>
  • Les projets éoliens au Québec >>
  • Un cadre d'implantation rigoureux >>
  • L'implantation sur les terres publiques  >>
  • L'implantation sur les terres privées  >>
  • Les considérations environnementales  >>
  • Les retombées économiques >>

Voir également

  • Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire >>